HARMONICA DIATONIQUE

HARMONICA DIATONIQUE

Altérations : quelques compléments

PML

Voici un schéma qui résume les trois techniques d'altérations que nous avons vu :

dif alt.jpg

Une altération doit être claire, précise et stable.

 

Les altérations traditionnelles:

La note produite se trouvera "bornée", c'est à dire qu'elle ne peut pas :

  • être plus grave que la note naturelle grave du trou
  • être plus aiguë que la note naturelle aiguë du trou

 

Il va sans dire que plus l'espacement (en termes de tons) est important entre la note aiguë et la note grave et plus il sera délicat d'obtenir une belle altération (exemple les trous 2 et 10 et surtout le trou 3)

 

alt trad.jpg

Comparaison entre les overblows/draws et les altérations valvées

 

Overblows/draws et altérations valvées provoquent toutes les deux un dépassement de la note naturelle d'une lamelle et ne sont pas "bornées" comme les altérations traditionnelles. La note peut glisser au delà de la note désirée. Dans les deux cas ce n'est que l'expérience qui permet de produire une note stable, ce, de façon plus délicate qu'avec une altération traditionnelle.

 

Il semble que la la brillance de la note altérée obtenue, bien que peu sensible, soit en faveur des overblows/draws.

 

La présence de valves augmente le rendement sonore général de l’harmonica, le son y est plus fort et plus rond, moins « crunchy ».

 

La résistance mécanique et la tenue dans le temps :Je n ’ai pas entendu de joueurs d’overblows se plaindre de la fragilité de leurs harmonicas. Les valves tiennent bien à la longue mais parfois finissent par se charger de micro détritus alimentaires qui les conduisent à frotter sur les cloisons entre trous si elles ne sont pas très bien alignées. On dit qu’elles « buzzent ». C’est rare sur les modèles industriels. Par contre elle n’aiment pas le froid et il faut réchauffer l’harmo semi valvé en soufflant de dedans deux ou trois secondes avant de jouer. Pas bien méchant comme contrainte. Par temps très froid, il est préférable de le garder dans la poche ou, dans le cas de plusieurs harmonicas, de les laisser prendre la température de la pièce.

 

L ’homogénéité de la technique de jeu :  Les altérations valvées, tout comme les traditionnelles, font baisser la note que l’on sollicite (même si physiquement ce n’est pas le cas). On peut donc trouver une homogénéité dans le jeu. On va toujours chercher la lamelle qui, une fois altérée, produira une note plus grave que sa note naturelle.

Pour les overblows/draws, c’est tout le contraire. On va chercher la lamelle qui, une fois altérée, produira un son plus aigu que la note naturelle de la lamelle aiguë du même trou.

 

La fluidité du jeu : elle dépend beaucoup de l’habitude. Ces deux types d’altérations semblent s’enchaîner très facilement et ne pas ralentir un jeu rapide pour qui les maîtrise correctement.

 

De grands joueurs utilisent des overblows/overdraws et font de la très belle musique.

La technique d’altération sur des harmonicas semi-valvé est moins connue et moins utilisée. Elle souffre, à tort, d ’une réputation de non stabilité des altérations. C’est ce que disent tous ceux qui ne l’ont pas essayée.

 

Ces deux techniques sont incompatibles entre elles car il est impossible de faire un overblow si une valve obstrue la lamelle aiguë. Selon vos goûts ou votre habilité, une technique va s’imposer à vous, acceptez la ou essayez l ’autre.

 

comp ovb-vlv.jpg

 

Une lamelle aiguë qui sonne encore plus aiguë (overblows/draws),

une lamelle grave qui sonne encore plus grave (valvées),

les américains résument tout ça sous le nom d'overbends (sur-altérations).



29/08/2015